AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  CalendrierCalendrier  GroupesGroupes  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
<
 

 Ace Matthews

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ace Matthews

avatar


Messages : 198
Date d'inscription : 07/07/2010
Host préféré : Aucun
Humeur : Fatigué

Carte d'identité
Popularité: Célébrité
Relation: Célibataire

MessageSujet: Ace Matthews    Dim 20 Fév - 6:50


ACE MATTHEWS


Identity Card

• Nom : Matthews
• Prénom : Ace
• Surnom : Directeur. Il n'aime pas tellement qu'on l'appelle comme ça pourtant...
• Âge : Vingt-six ans
• Orientation sexuelle : Hétérosexuel
• Origine(s) : Australien par son père, japonais par sa mère
• Groupe : Masters
• Type d'host : ///
• Fétiche : Idol


Physical Database



Ah, la génétique peut parfois faire de petits miracles... Et on peut dire qu'Ace en fait partie. Il faut dire que le mélange dont il est issu est singulier : entre japonais et australien, il est une subtile association. En effet, il aurait pu être petit, comme n'importe quel japonais. Cependant il frôle le mètre quatre-vingt-dix. Pour soixante-seize kilogrammes de muscles, on peut le qualifier de «bien bâti». Ses larges épaules contrastent d'ailleurs avec la finesse de ses traits, ce qui accroche le regard et en perturbe plus d'un.

Tout comme sa peau. D'une pâleur extrême, presque translucide, elle craint ainsi le soleil et ses joues se teintent trop facilement. Celle-ci contraste donc avec ses cheveux, d'un noir de jais : ils sont en général assez raides mais ont tendance à se rebeller étant donné leur longueur, tantôt lui gênant la vue, tantôt lui chatouillant le cou.

Ses traits, eux, sont d'une délicatesse telle qu'il ressemble parfois à une poupée. Ses lèvres pâles sont toujours arborées d'un léger sourire, sauf lorsqu'il réfléchit. Son nez est discret et n'a vraiment rien de spécial. Il est difficile de savoir s'il le tient plutôt de son père ou de sa mère... En revanche ses yeux sont le parfait assemblage des gênes de ses géniteurs : d'une forme en amande propre aux japonais, ils sont teintés du bleu ciel envoutant que possédait son père. Malheureusement, ces deux pierres précieuses sont trop souvent marquées par la fatigue et surtout par les cernes.

Oui, on ne peut pas dire qu'Ace fasse vraiment son âge. Dans la force de l'âge pourtant, ses traits sont trop souvent tirés, marqués par des nuits d'insomnie et des journées de travail intense. Heureusement, il parvient toujours à y remédier d'une façon ou d'une autre, soit en se forçant à dormir -à l'aide de somnifères par exemple-, soit en utilisant du maquillage pour camoufler ne serait-ce qu'un peu et faire bonne figure.

Toujours faire bonne figure. Voilà le slogan de notre directeur. Pour cela il doit toujours se montrer très souriant, agréable, affable. Et bien sûr faire très attention à son apparence. Pas question de sortir de sa chambre en ayant une mèche rebelle, une miette au coin de la bouche ou sa cravate un peu déserrée. Les seuls endroits où ils s'autorisent une image un peu moins soignée sont sa chambre et son bureau. Fermés à double tour, bien sûr.

Ah, parlons donc de son style vestimentaire, lui aussi tiré à quatre épingles. La plupart du temps, il s'agit d'un costard-cravate très élégant et sans doute très coûteux, même s'il réserve les plus beaux pour les grandes occasions. Pour les jours trop chauds -et dieu sait s'ils sont nombreux-, il se contente parfois d'une chemise assez simple, d'un pantalon noir -jamais de jean- et de chaussures bien cirées -jamais ouvertes-. Mais il semblerait qu'il apprécie de traîner dans sa chambre dans un pull trop large, un peu négligé...

Enfin, si vous retirez ses vêtements -mais pourquoi le feriez vous ?- vous pourrez remarquer de nombreuses cicatrices sur les membres du jeune homme. Souvenirs d'enfances, de chutes de vélo, de griffures d'animaux sauvages mal soignées, de brûlures de moto enfourchée illégalement... Rien de très alarmant. En bas de son dos, toutefois, une tache de naissance trône fièrement ; sa forme rappelle celle d'une étoile à quatre branches.


Psychological Database



Ace est un véritable yandere. Mais reste à définir ce terme pour ceux qui ne seraient pas initiés au monde de l'otaku. Ce terme est utilisé pour définir quelqu'un de très doux, gentil au premier abord, mais qui possède une part très sombre qui peut le pousser à se montrer violent.

Il n'est pas difficile de voir la gentillesse du jeune homme : serviable, toujours prêt à aider -même les inconnus-, on peut même le qualifier de candide tant il semble penser que les humains sont tous bons et qu'il faut aider son prochain. Néanmoins des évènements de son passé et les intrusions récentes dans le domaine ont suffi à créer une ombre serrant son cœur comme un étau.

Une sorte de paranoïa a progressivement pris possession de lui, jusqu'à parasiter ses nuits par le biais de cauchemars. Ces cauchemars qui vous réveillent en sursaut, tremblant et dégoulinant de sueur. Ceux qui vous font redouter le moment où la nuit tombe et où la lumière s'éteint. Ce manque de sommeil est probablement la première cause de son irritabilité qu'il réfrène aussi bien que possible, mais qui, dans un accès de colère, peut le pousser à détruire tout ce qui se trouve sur son chemin. Des objets, bien entendu...

La seule solution qui permet d'éviter que les gens ne s'aperçoivent de ce côté de sa personnalité consiste pour Ace en deux choses très simples : la cigarette et l'alcool. S'il fume depuis ses dix-huit ans, plus par habitude que par réelle envie, ces trois dernières années son budget-clope, comme il le nomme, a considérablement augmenté. Il en va malheureusement de même avec l'alcool, un réel problème qui n'est survenu que l'année passée. Pour l'instant, il ne s'agit que d'une consommation cachée mais très régulière, visant principalement à le détendre et à lui permettre d'oublier ses soucis.

Notez que personne n'est au courant de ce dangereux penchant. Celui de la cigarette est plutôt évident, puisqu'il sent toujours le tabac. Odeur qui ne jure étrangement pas avec son eau de Cologne, en passant. Quoiqu'il en soit, le jeune homme sait rester discret sur sa vie et évite de parler de lui, surtout à ses clients et ses employés. En vérité, il a peur de ce que les gens penseraient de lui s'ils venaient à découvrir la réalité. Mais le plus effrayant pour lui reste tout simplement lui-même.

Parlons maintenant de ses goûts. Et bien oui, ce qu'Ace aime ou n'aime pas, par exemple. Ce qui s'avère compliqué, c'est qu'il n'a jamais vraiment eu de passion. Ni quelque chose qui le motive réellement dans la vie. Un but. Il aspirait seulement à une vie paisible, simple, sans accrocs. En cela, il n'a fait qu'étudier encore et encore. Néanmoins, depuis qu'il a ouvert le domaine, il ne manquerait pour rien au monde son jogging matinal quotidien, chose étrange.

Il apprécie également la lecture. Mais c'est surtout le calme et l'apaisement que procure cette activité qui l'intéresse vraiment. En somme, Ace aime se détendre. A contrario, il déteste toutes les activités stressantes ou plus ou moins liées au stress : cela s'applique notamment au sport -sauf son jogging, bien sûr. Il ne s'est jamais senti habité par la fibre artistique et ses dessins sont dignes de ceux d'un enfant de cinq ans. Bien qu'il apprécie la musique, il n'en raffole pas pour autant.

On peut dire que ce côté de la personnalité du jeune homme est ce qu'il y a de plus agaçant chez lui. Il n'est ni noir ni blanc, ni chaud ni froid. Il ne déteste rien, mais il ne raffole de rien non plus. Comme si tout lui était égal. De même, ses goûts culinaires sont ceux d'un adulte, loin d'être difficile : le sucré, le salé, l'amer, le piquant, rien ne le dérange. Vraiment, quel être atone.

Enfin, en ce qui concerne ses relations amoureuses, elles sont tout ce qu'il y a de plus plat. Bien qu'il ne s'intéresse pas du tout aux hommes, il ne s'intéresse pas tellement aux femmes non plus. Néanmoins, fait étrange, il semble de plus en plus apprécier la présence des hosts et n'hésite plus à faire appel à leurs services... Pour quelque raison que ce soit. Il semble d'ailleurs avoir un faible pour les idols, sans doute car elles possèdent ce dont il manque cruellement : du charisme, une forte personnalité, en clair son opposé.

Background

C'est dans la charmante ville de Maryborough que se déroule cette singulière histoire. Celle d'un jeune couple tout aussi singulier, les Matthews. Michael Matthews, jeune australien dans la force de l'âge, était amoureux du Japon depuis son adolescence. Sa majorité atteinte depuis deux années, il décida de s'offrir le voyage de ses rêves : un aller-retour pour Tokyo. Tel le gamin qu'il était à l'époque, il piétinait d'impatience à l'aéroport.

Et c'est dans les rues de Tokyo qu'il fut littéralement piétiné. Un peu perdu, il trébucha et s'étala de tout son long sur le trottoir tandis que la foule, formant une masse compacte étouffante, passait devant lui tantôt pouffant de rire tantôt claquant de la langue avec agacement. Dans cet amas de malveillance brillait une petite demoiselle dont la bonté se lisait sur ses lèvres et surtout dans ses yeux. Il s'agissait de Aiko Aoki.

Ce nom n'avait cessé de le faire rire et la pauvre jeune femme souriait à son tour, les joues légèrement rosées. C'était le début d'une amitié qui se changea bien vite en histoire d'amour. Malheureusement, son voyage n'était pas éternel et le mois suivant, Michael rentrait en Australie. Mais pas seul.

Cinq années passèrent et les Matthews -Aiko avait donc changé de nom- vivaient paisiblement dans une petite villa située à Maryborough. Ils n'avaient pas vraiment pris la décision d'avoir un enfant mais cette opportunité se présenta tout de même à eux : madame Matthews était enceinte pour la première fois. Les deux amoureux attendaient avec impatience l'arrivée de leur nouveau rayon de soleil, comme l'aboutissement de leur vie de couple.

L'espoir qu'ils portaient se matérialisa d'ailleurs en un prénom, celui du nouveau-né : Ace. L'as. Celui qui réussirait brillamment sa vie. En tout cas, c'était ce qu'ils désiraient par-dessus tout. Avec un peu de chance, il hériterait de la fibre commerciale de son père et de la générosité de sa mère. Ce serait sûrement un grand homme. Mais pour l'instant, ce n'était qu'un bambin pleurnichard dont il fallait changer la couche.

Les années défilèrent et la vie du jeune australien était tout ce qu'il y avait de plus banal. De cette banalité que l'on nomme bonheur, sans trop savoir pourquoi. Rien ne lui manquait. Ses parents l'aimaient et s'occupaient de lui -sa mère surtout-, il était entouré d'une foule d'amis qui venaient souvent jouer avec lui -le lot de tous les enfants uniques-, et surtout, il était une sorte de petit génie, toujours premier de sa classe.

Il travaillait toujours très dur pour satisfaire ses parents. Bien que l'adolescence présenta son lot de petites rebellions, qui lui furent bien vite pardonnées, Ace restait un garçon modèle. Le rêve de toutes les mères. Sa vie avait toujours été un rêve, un exemple du bonheur à l'état pur et quelque part en lui s'était niché l'idée qu'elle le resterait définitivement. S'était également niché la peur de le perdre, néanmoins.

Il entama de longues études de médecine et les premières années se déroulèrent parfaitement bien -compte tenu de la dose de travail qu'il fournissait, ce n'était pas étonnant-, si bien que toutes les filles lui couraient après. Mais il n'avait jamais vraiment eu de petite copine et restait plutôt gauche en ce qui concernait les relations amoureuses. C'était plutôt gênant pour lui mais sa mère insistait pour lui présenter une jeune femme qui ferait, selon elle, une épouse parfaite. Junko Miyuki.

À vingt-et-un ans, tout réussissait donc à Ace. Il réussissait ses études, avait une belle fiancée et parvenait même à jongler entre les deux pour rendre visite à ses parents. Bien évidemment, comme toutes les bonnes choses ont une fin, cette année se trouva être le point de départ d'une longue chute dans ce qu'on appelle communément le malheur, sans vraiment savoir de quoi il en retourne.

Tout d'abord, il y eut le décès de son père. Un tragique accident de voiture. Sa mère était également à bord mais s'en était sortie par on ne sait quel miracle. Néanmoins elle ne s'en était pas sortie indemne psychologiquement parlant : elle sombra dans la spirale de la déprime. Bien évidemment, Ace souffrit énormément mais resta à ses côtés afin de la soutenir. Et Junko fit de même pour Ace. La famille semblait pouvoir s'en remettre, surtout que leur mariage était annoncé pour l'année prochaine.

Pourtant cette perspective ne semblait même plus réjouir sa mère. Elle était devenue une autre personne. Peu à peu, elle s'éloignait de son fils et se renfermait sur elle-même. Si seulement il avait eu le courage et la force de l'épauler comme il le devait, il n'en serait peut-être jamais arrivé là... Quoiqu'il en soit, l'année de ses vingt-deux ans fut encore plus désastreuse que la précédente.

En effet, il apprit par le biais d'un notaire peu enclin au sentimentalisme que sa défunte mère avait utilisé tout l'argent qu'ils avaient économisé durant leur vie, ainsi que l'assurance vie de son mari, pour bâtir un immense domaine à l'écart de la ville. Oui, défunte mère. Celle-ci s'était donné la mort en ingurgitant une certaine quantité de barbituriques. Il hérita donc du statut d'orphelin mais également d'un immense domaine extravagant.

La lettre qu'avait laissé sa mère n'indiquait pas les raisons de son acte. Cependant elle précisa le projet qu'elle avait : créer un immense domaine où tous les passionnés pourraient se réunir. Il s'agissait d'Otaku Mansion.

Dévasté, Ace décida de tout plaquer pour mener à bien ce projet. Il devait hériter de cette folie qu'avait eu sa pauvre mère. Il rompit avec Junko, qui retourna au Japon. Il abandonna également ses études et se dévoua entièrement à la construction d'Otaku Mansion.

L'année de ses vingt-trois ans, Otaku Mansion ouvrait officiellement ses portes.

Les débuts furent difficile. Le jeune homme n'était pas habitué à diriger un tel établissement et il regrettait souvent d'avoir tout abandonné pour ça. Mais le souvenir de sa mère le hantait tellement qu'il parvint tant bien que mal à faire fonctionner le domaine, notamment en s'entourant de certaines célébrités qui désiraient avant tout un service de qualité et de la discrétion.

Malheureusement, le stress s'accumulant, il perdit également le goût de vivre. Cette vie était aux antipodes de son ancienne, libre de toute culpabilité, où il devait simplement travailler pour réussir. Maintenant, il avait beau passer des nuits blanches dans son bureau, le cruel goût de l'échec lui restait. Il se mit à fumer de plus en plus fréquemment d'abord, puis commença à consommer de l'alcool fort plus régulièrement. La violence qui germait en lui l'effrayait plus que tout et ne faisait qu'engendrait encore plus de violence.

A présent, ces trois années d'expérience lui ont valu d'être un directeur respecté. Cependant, il ne s'est toujours pas débarrassé de ses problèmes ; pire, ceux-ci semblent même empirer. Dans un second temps, c'est le domaine tout entier qui a des problèmes : la police commence à s'y intéresser de trop près, cherchant à le lier à quelques manigances douteuses. C'est sans compter Ace, qui est véritablement prêt à tout pour protéger Otaku Mansion.

Mais peut-être que l'as n'a pas encore dévoilé sa meilleure carte, qui sait...


VOUS


What about you ?

• Prénom et/ou pseudo : Ace is in da place. \o/
• Âge : 16 ans
• Comment avez-vous connu Otaku Mansion ? : Je suis le grand manitou.
• Commentaire sur le forum : Woot ! =3
• Remarque libre : Le rose c'est viril non ?
• Le code : [Auto-validation 8D]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Ace Matthews

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Otaku Mansion ::  :: Le livre des noms :: Les admis-