AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  CalendrierCalendrier  GroupesGroupes  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
<<<<<<
 

 [Terminé] Exaspération du soir, bonsoir. [PV Abbie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ace Matthews

avatar


Messages : 198
Date d'inscription : 07/07/2010
Host préféré : Aucun
Humeur : Fatigué

Carte d'identité
Popularité: Célébrité
Relation: Célibataire

MessageSujet: [Terminé] Exaspération du soir, bonsoir. [PV Abbie]   Jeu 10 Mar - 0:31


Ses chaussures couinaient. Sérieusement. Ce bruit était insoutenable. Tout d'abord, parce qu'il semblait lui ôter toute crédibilité et le rapprocher dangereusement de la famille des Anatinae. Et plus particulièrement... Du canard. Voilà l'inconvénient à porter de nouvelles chaussures luisantes, dégageant une plus ou moins subtile odeur de cuir neuf. Traînant ses pieds de manière à atténuer l'affreux couinement, Ace déambula dans les couloirs jusqu'à arriver devant une porte qu'il reconnut aisément.

La porte de son bureau se dressait fièrement devant lui. L'australien prit quelques secondes pour l'observer, l'air songeur. A quoi songeait-il ? Nul n'aurait pu le deviner. Ses yeux semblaient se perdre dans le vide, dans cette immensité grise, roulant sur cette peinture dénuée de tout attrait... C'était peut-être ça, le néant. Il poussa un soupir, fit tourner une petite clé dans la serrure d'un boitier métallique qui s'ouvrit alors. Puis avec la dextérité d'un geste qu'il avait trop souvent répété, il tapa une série de chiffres et de lettres sur le boitier. La porte se débloqua. Oui, on n'était jamais trop prudent après tout.

En claquant la porte derrière lui, Ace ressentit un immense soulagement. Ce spacieux bureau avait une odeur qui lui était familière et qui l'apaisait. Non pas celle du renfermé, ni celle du fébreze, juste une légère fragrance rappelant un mélange de tabac et d'anis. C'était une odeur très étrange mais qui lui rappelait pourtant son père. Était-il devenu comme lui, finalement ? Un homme d'affaire ? Un coup d'œil au miroir accroché au fond de la pièce confirma ses doutes. Sa tenue stricte, cette cravate simple et trop serrée, ce teint terne... Oui, on eût dit son défunt père.

Chassant ces pensées parasites, le jeune homme se dirigea vers son bureau et s'assit sur la chaise en cuir noir. Il s'amusa à la faire tourner sur elle-même, s'appuyant exagérément contre le dossier qui bascula vers l'arrière. Mais il n'avait pas peur de tomber, c'était une question d'habitude. Une fois son petit manège terminé, il observa son bureau bien rangé : une boîte à crayon bien remplie, un téléphone croulant sous les post-it et... Une montagne de dossiers.

«J'avais oublié ça...» murmura-t-il en grognant.

Le pauvre directeur prit le premier dossier de la pile et lut la couverture : il s'agissait d'un CV d'une australienne qui ferait une potentielle maid. Mais il n'avait guère envie de feuilleter cette pile de paperasse pour le moment. Balançant le document là où il l'avait trouvé, il fit tourner sa chaise de telle sorte qu'il se retrouva face à une grande étagère en ébène. Un sourire étira ses pâles lèvres. Mais pas un sourire de bonheur, non, juste une épave de sourire. Quelque chose qui tenait plus de la douleur que de la joie.

En effet, c'était dans cette armoire que se trouvaient tous ses verres et de quoi les remplir. Exaspéré par sa faiblesse, surtout qu'il n'était même pas encore vingt heures, Ace poussa un long soupir. Le plus long soupir qu'on ait jamais entendu. Il fit glisser légèrement sa cravate afin de la desserrer. Il se sentait étouffer, littéralement. Sous cette pile de paperasse qui l'attendait et sous ce costume trop serré qui lui donnait l'air un peu gauche. Il décida de se servir un verre d'eau.

Et il resta là, pendant de longues minutes de silence, à siroter tranquillement son verre d'eau assis sur son siège, d'où il devait régner, son pied droit posé sur son genou gauche. Un peu débraillé, les cheveux décoiffés, le col ouvert, il tenait à présent plus de l'adolescent cherchant à jouer les adultes plutôt que du chef d'entreprise dirigeant d'une main de fer. Parfois, cette situation l'exaspérait au plus haut point. Fatigué de cette passivité, le jeune homme décida de se remettre au travail.

Mais des pas retentirent devant sa porte. Quelqu'un frappa sur cette même porte. Il resta interdit quelques instants, ne sachant que faire. Pourquoi une visite à cette heure tardive ? La plupart du personnel et des clients étaient occupés à ce moment de la journée. Il tenta en vain de se recoiffer et remonta son col de chemise tandis que les coups redoublaient à la porte. Visiblement, son visiteur s'impatientait. Ace ouvrit la porte, toujours un peu décontenancé. Il se racla la gorge et posa ses yeux sur la personne qui était plantée devant la porte.

«Oui ?»


Dernière édition par Ace Matthews le Sam 12 Mar - 3:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abbie Deans Kay

avatar


Messages : 161
Date d'inscription : 07/07/2010

Carte d'identité
Popularité: Populaire
Relation: Célibataire

MessageSujet: Re: [Terminé] Exaspération du soir, bonsoir. [PV Abbie]   Jeu 10 Mar - 1:48

    Abbie regarda l’écran de son téléphone. A peine vingt heure, et elle ne savait toujours pas quoi faire. Lire ? Sa patience avait des limites, et tous ces livres commençaient à lui donner un mal de crâne horrible. Alors elle sortit de la bibliothèque pour marcher un peu, se détendre et observer le domaine. De toute manière elle n’avait franchement rien d’autre à faire pour le moment. Alors, elle erra dans les couloirs. Elle pensa un instant à Ace, le directeur du domaine qu’elle ne connaissait finalement pas vraiment. Elle avait du temps, alors peut être que le moment se présentait bien.

    D’un pas mi décidé, mi timide -rencontrer le directeur de l’Otaku Mansion, ce n’était pas rien- elle se dirigea vers l’aile administrative. L’endroit peut-être, le plus sécurisé et en même temps étrange du domaine. Cette aura de dur labeur, mélangé à celui de l’accueil des nouveaux arrivants ne donnait parfois pas vraiment envie de s’y aventurer. De plus, la blondinette ne connaissait pas ce fameux Ace, peut-être allait-il se montrer hostile, pas vraiment accueillant vis-à-vis des hosts qui perdent leur temps à rencontrer le directeur. Un peu comme elle dans le cas présent. Mais tant pis, la machine était en route, comme on dit. Un peu déstabilisée, Abbie se trompa une première fois de couloir.

    « Foutu domaine. Plus grand, tu meurs. » râla-t-elle.

    Se trompant maintes et maintes fois de portes, ou encore de couloirs, la jeune femme prouvait une fois de plus que le sens de l’orientation féminin laissait à désirer. Arrivant maintenant dans un grand couloir, elle aperçut au loin une porte protégée par un boîtier de sécurité. Par curiosité, la demoiselle s’en approcha. Une pancarte luisante indiquait le nom d’«Ace Matthews ». Pas de doute, ça devait être le bureau du directeur. Alors, sans réfléchir elle frappa à la porte. A plusieurs reprises. La porte s’ouvrit sur un homme plus grand qu’elle, aux yeux à vous faire tourner la tête. Une voix bien masculine retentit alors.

    « Oui ? »

    Certes, Abbie s’était un peu montrée impatiente, mais alors ? Elle entra, sans se donner la peine d’avoir une autorisation, et referma doucement la porte derrière elle. Scrutant globalement la pièce, elle sentit une légère odeur de tabac. Elle aimait bien cette odeur, qui lui rappelait les quelques bars dans lesquels elle avait dû se produire. Observant le directeur, elle put apercevoir qu’il l’avait accueillit dans l’urgence ; cravate mal nouée, des cheveux qui trahissaient son rapide coup de main dans les cheveux.. Elle ne put s’empêcher de rire. Même s’ils ne se connaissaient que depuis cinq minutes, la blondinette ne put s’empêcher d’installer une complicité entre elle et Ace. Alors, elle s’approcha au plus près de lui, passa sa main dans ses cheveux pour discipliner les quelques rebelles, et renoua légèrement sa cravate, de manière à ce qu’elle ne l’étouffe plus trop.
    A son tour, elle ôta ses lunettes, les replia et les accrocha rapidement à son bustier, au milieu de sa poitrine, elle afficha son plus beau sourire et expliqua.

    « Enchantée, je suis Abbie Deans Kay. Et je suis venue vous rendre visite pour .. »

    Elle n’osait pas vraiment dire qu’elle s’ennuyait et chercher de la compagnie, alors, elle trouva une sorte d’excuse de dernière minute.

    « Pour voir si vous n’aviez pas besoin d’aide pour tout ce travail ! »

    Sa main pointa cette pille de dossier qui avait bien besoin d’être traitée. De son air le plus sérieux, elle se retourna et attendit une réponse, tout en fixant l’homme qui se tenait devant elle.


✄----------------------------------------------------------------------------

« On veut toujours changer notre passé par rapport à notre présent. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ace Matthews

avatar


Messages : 198
Date d'inscription : 07/07/2010
Host préféré : Aucun
Humeur : Fatigué

Carte d'identité
Popularité: Célébrité
Relation: Célibataire

MessageSujet: Re: [Terminé] Exaspération du soir, bonsoir. [PV Abbie]   Jeu 10 Mar - 5:19

Médusé, le directeur observa de ses beaux yeux bleus une petite -de son point de vue- demoiselle entrer dans son bureau comme si elle y était conviée. Bouche bée, il avait été contraint de faire un pas un arrière lorsqu'elle avait forcé son chemin. Elle referma la porte derrière elle, le plus naturellement du monde. Qui diable était-elle ? Elle portait des lunettes. Une megane ? Mais à en juger par ses vêtements, trop extravagants pour ce genre d'host, ce ne pouvait être ça. Mais enfin, était-elle perdue ? S'était-elle trompée de porte ? N'apprenions plus aux enfants à lire les plaquettes accrochées aux portes ?

La blondinette scruta les environs, comme si elle cherchait simplement à repérer les lieux. Elle ne cherchait donc pas son chemin. Maintenant qu'il la regardait, Ace avait l'impression de l'avoir déjà vue quelque part... Mais s'il lui avait demandé en ces termes, il serait à coup sûr passé pour le plus nul des dragueurs. Il se retint donc de poser quelque question que ce soit. D'autant plus qu'à présent, elle avait posé ses grands yeux bleus sur lui. Elle l'observait, alors il l'observa à son tour.

A vrai dire, cette fille était plutôt mignonne. Non, c'était un euphémisme, elle était tout simplement belle. Dans le genre adorable. Ses longs cheveux blonds lui donnaient des allures d'ange tandis que ses yeux rieurs indiquaient tout le contraire. Un étonnant contraste qui ne laissa pas de marbre l'australien. Néanmoins, il était habitué depuis longtemps à la beauté ; le domaine entier était empli de personnes plus belles les unes que les autres. Non, ce qui le touchait réellement, c'était le charme. Ce petit plus que seuls quelques élus possédaient. Cette fille semblait l'avoir.

Elle se mit soudain à rire. Gêné, le jeune homme tenta de sourire le plus convenablement possible mais la tentative échoua. Son sourire tenait plus de la grimace. Par chance, le miroir se trouvait juste en face de lui, derrière la blondinette. Il put donc voir cette grimace et il eut beaucoup de mal à se retenir de rire. Pourtant il avait gardé assez de contenance pour arborer, cette fois-ci, un réel sourire très charmant. Ce qui était rare chez lui, surtout à cette heure-ci.

Mais son sourire s'effaça brutalement lorsque l'inconnue s'approcha de lui. Sans aucune gêne, elle passa sa main dans ses cheveux afin de le recoiffer, ce qu'il n'avait pas réussi à faire. A ce contact, le corps entier d'Ace frémit, comme parcouru par un choc électrique. Elle réussit également à refaire le nœud de sa cravate de telle façon qu'il ne se sentait plus étouffer tout en demeurant tout à fait présentable. Vraiment, les femmes avaient ce don pour prendre soin de leur apparence et de celle des autres par la même occasion, n'est-ce pas ?

«M-Merci...» balbutia-t-il tout bas.

Il ne comprenait pas ce qu'il lui arrivait. On ne pouvait pas dire qu'il était vraiment timide avec les femmes, il les connaissait. Souvent entouré, très apprécié et désiré par la gent féminine, il avait toujours été en charmante compagnie et s'était habitué au contact physique. Si seulement il avait bu ne serait-ce qu'un verre de vodka, alors la faute aurait été rejetée sur ce damné liquide. Néanmoins il était parfaitement sobre. Et il ne sentait même plus la fatigue à présent. Ce n'était plus un homme au teint blafard que reflétait le miroir, mais un jeune adolescent à son premier rendez-vous galant, tellement nerveux qu'il serait prêt à vomir sur ses chaussures.

L'objet de son trouble ôta sa paire de lunettes, la plia et l'accrocha à son bustier, entre ses deux seins. Le jeune homme, qui avait suivi ce geste, vit ses joues piquer un fard tandis qu'il relevait les yeux vers son visage, confus. Elle lui sourit et se présenta. Abbie Deans Kay... C'était sûr, il la connaissait. Sans doute une host. Malheureusement il avait toujours eu du mal avec les noms... Elle marqua une pause, semblant chercher la raison à sa venue. Décontenancé par la dite raison évoquée -pour l'aider avec sa paperasse...-, il la dévisagea, stupéfait. Le directeur était enfin de retour.

«Mademoiselle Kay, c'est ça ?... Vous êtes une host, n'est-ce pas ? Ne pensez-vous pas avoir des choses plus importantes à faire plutôt que de flâner ici ? Vous allez juste me traîner dans les pattes. Partez.»

Immédiatement, Ace fut surpris du ton sec qu'il avait adopté. Que lui prenait-il, à la fin ? Il regrettait déjà de lui avoir parlé ainsi. Cette fille ne pensait sûrement pas à mal, juste à se rendre utile. Mais il pensait ce qu'il disait. Elle ne ferait que le gêner si elle restait ici, d'autant plus qu'il ne parviendrait sûrement pas à se concentrer en sa présence... Gêné, l'air contrit, les muscles tendus, il se déplaça lentement jusqu'à son bureau et s'installa derrière. Il invita Abbie à en faire de même.

«Excusez-moi, je me suis emporté.» fit-il avec un petit sourire, l'air plus serein. «Ne vous en faîtes donc pas pour moi, je me débrouille parfaitement bien. Mais vous, n'aviez-vous pas besoin d'aide ?»

Il saisit un stylo et commença à jouer avec, tapotant du bout le bureau. Sous la table, ses jambes ne cessaient de s'agiter, si bien qu'on aurait pensé qu'il courait un sprint là-dessous. Quelques instants, il observa Abbie puis détourna les yeux, à nouveau intimidé. Il avait la folle envie de fouiller parmi ses dossiers, retrouver celui à son nom et le parcourir de fond en comble. Maintenant qu'il y pensait, il se souvenait que cette fille était une idol plutôt célèbre, avant son arrivée à Otaku Mansion. Qu'est-ce qui avait pu la pousser à venir travailler ici ?... Pas le salaire en tout cas.

«Ah, j'en oublie de me présenter ! Je suis Ace Matthews et je... m'occupe du domaine. Que diriez-vous si je vous invitais à dîner pour me faire pardonner ? Si vous n'avez pas déjà dîné, évidemment...»

Tout en prononçant ces paroles, Ace jouait toujours avec son stylo. Était-il vraiment nerveux ?...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abbie Deans Kay

avatar


Messages : 161
Date d'inscription : 07/07/2010

Carte d'identité
Popularité: Populaire
Relation: Célibataire

MessageSujet: Re: [Terminé] Exaspération du soir, bonsoir. [PV Abbie]   Jeu 10 Mar - 8:51

    Il fallait l'avouer, son excuse était bien trop simple à démasquer. Mais tant pis, ce n'était pas la première fois qu'elle utilisait des stratagèmes pareil. Abbie était perdue dans ses pensées, à contempler la beauté presque inhumaine du directeur. Grand, une peau pale contrastant avec ses cheveux bruns, des yeux mile fois plus impressionnants que les siens, Abbie restait bouche bée. Pour une fois que ce spectacle lui était offert, elle n'allait pas s'en priver.

    «Mademoiselle Kay, c'est ça ?... Vous êtes une host, n'est-ce pas ? Ne pensez-vous pas avoir des choses plus importantes à faire plutôt que de flâner ici ? Vous allez juste me traîner dans les pattes. Partez.»

    La tirant de ses pensées, elle trouvait le ton qu'avait adopté le directeur plutôt.. sec. Vous voyez, un genre assez irréfléchis et qu'on regrette assez vite. Ce n'était pas la première fois qu'on envoyait "promener" Abbie, elle savait se montrer plus persévérante sans pour autant ennuyer. C'est donc ce qu'elle allait faire. Maintenant face au directeur, elle ne savait pas trop quoi lui dire. Elle avait accompli le rêve de la plupart des hosts en le rencontrant, en lui parlant, mais maintenant la jeune femme ne savait plus quoi faire. Le fixant avec intensité, c'est au même moment qu'Ace s'excusa. Un léger sourire s'esquissa sur le visage de la demoiselle. En effet, paroles irréfléchies. Il lui demanda si elle avait besoin d'aide. A vrai dire non, puisqu'elle voulait simplement passer un peu de temps avec ce cher directeur, et c'était chose faite. Maintenant, il fallait que la demoiselle trouve quelque chose d'intéressant pour les occuper tous les deux.

    «Ah, j'en oublie de me présenter ! Je suis Ace Matthews et je... m'occupe du domaine. Que diriez-vous si je vous invitais à dîner pour me faire pardonner ? Si vous n'avez pas déjà dîné, évidemment...»

    Ace Matthews. La proie d'à peu près tous les hosts, mais aussi quelqu'un d'incroyablement mystérieux. Aucun membres du domaines ne savait encore pourquoi il avait reprit cet immense domaine, et en réalité ce fait n'intéressait pas vraiment Abbie. Assise en face de lui, la demoiselle commençait à s'impatienter. Elle se releva alors, et commença à discuter avec lui.

    « Oh, ça me touche beaucoup, mais hélas oui, je crois que j’ai un peu trop grignoté dans la soirée, mais.. »

    Toujours debout, la blondinette fit le tour du bureau, et se rapprocha doucement du directeur. Elle attrapa délicatement le bout de sa cravate d’une main, et d’une autre elle commença à détacher le noeud. Elle la porta ensuite à son tour, en la détachant le plus possible. Abbie rapprocha ensuite son visage du sien et esquissa à nouveau son sourire angélique. La petite main de la blondinette vint attraper celle du directeur. La demoiselle tira dessus pour lever Ace. Une fois debout, elle le traîna jusqu’à la porte, et enchaîna.

    « Si vous.. tu veux, on peut aller au karaoke, vu que je n'ai pas vraiment faim. Enfin si tu le souhaites, master. »

    Elle le fixait de son regard le plus doux. Oui, Abbie s’était appropriée Ace au final, et alors ? Serrant sa petite main, alors qu'ils s'approchaient de la sortie, la demoiselle se retourna. Un léger stresse s'empara d'elle. Ils allaient au karaoke pourtant, elle aurait du se sentir heureuse, de pouvoir retrouver le milieux dans lequel elle avait baigné. Mais en réalité, chanter à nous la tétanisait. Pour la première fois depuis longtemps, elle n'avait pas ressenti cette peur. Et malgré son statut d'Idol, le regard, ou même le jugement qu'Ace pouvait porter sur elle l'angoissait. Abbie se rapprocha de lui, lâcha sa main, et posa sa tête contre son torse.

    « Ça fait un petit moment que je n'ai pas chanté. Donc désolée si ce n'est pas à la hauteur de tes espérances, master. »

    En une fraction de seconde, le visage de la blondinette changea du tout au tout. Son sourire revint éclairer son doux visage, sa main agrippa à nouveau celle d'Ace, et elle était de nouveau tournée vers la sortie.

✄----------------------------------------------------------------------------

« On veut toujours changer notre passé par rapport à notre présent. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ace Matthews

avatar


Messages : 198
Date d'inscription : 07/07/2010
Host préféré : Aucun
Humeur : Fatigué

Carte d'identité
Popularité: Célébrité
Relation: Célibataire

MessageSujet: Re: [Terminé] Exaspération du soir, bonsoir. [PV Abbie]   Jeu 10 Mar - 9:41

Abbie, qui s'était levée entre temps, déclina l'invitation d'Ace. Celui-ci avait laissé choir son stylo-défouloir sur la table avant de se masser les tempes. A vrai dire, il était presque déçu qu'elle refuse aussi poliment. Peut-être n'avait-elle pas envie de passer du temps avec lui, après tout ? Il ferma les yeux quelques secondes, pensif. Ainsi, il ne la vit bien évidemment pas faire le tour du bureau pour s'approcher de lui. Lorsqu'il ouvrit à nouveau ses yeux, elle se trouvait là, sous son nez.

Par réflexe, il fit pivoter sa chaise d'un quart pour se retrouver face à elle. La même chose que précédemment se produisit : une véritable onde de choc le foudroya sur place. Elle partit de son cou et descendit le long de sa colonne vertébrale pour atteindre sa moelle épinière. Profitant de sa paralysie, la blondinette défit rapidement sa cravate et enfila celle-ci à son tour. Ce style un peu débraillé lui allait étrangement bien.

Elle approcha son visage du sien. Mais il ne broncha pas. Si elle essayait juste de jouer avec lui, et bien elle ne l'aurait pas ainsi. Il prit son air de directeur, son air légèrement boudeur, les sourcils froncés et les yeux perçants. La seule réaction de la demoiselle fut un sourire digne d'un ange. Ne sachant plus vraiment que penser ni comment agir, le directeur sentit une petite main agripper fermement la sienne puis l'entraîner vers l'avant. Machinalement, il se leva et la suivit, comme un père cédant au caprice de sa fille.

Au détail près qu'il n'était pas son père. Quel âge pouvait-elle bien avoir ? A première vue, elle faisait assez jeune, surtout sans ses lunettes. Il était plus qu'improbable qu'elle ait son âge ou même plus. Ce n'était qu'une gamine. Diable, que faisait-il ? Se laisser faire par une gamine ? Qui plus est, une employée... Ce ne serait pas la première fois, mais il espérait bien que ce serait la dernière. Son comportement n'était pas digne de celui d'un bon chef. Il soupira devant son impuissance et se laissa traîner à travers le bureau, jusqu'à la porte d'entrée.

«Si vous.. tu veux, on peut aller au karaoke, vu que je n'ai pas vraiment faim. Enfin si tu le souhaites, master.»

D'abord décontenancé par ce soudain changement -le tutoiement-, Ace ne trouva même pas la force de la rappeler à l'ordre. Après tout, le vouvoiement ne lui avait jamais vraiment plu. Il avait l'impression de passer pour un vieil homme. D'apparence il était encore jeune, mais son esprit avait peut-être vieilli un peu trop vite après tout ? Peut-être pas assez, en fait. La preuve : il laissait une idol le menait par le bout du nez, le tutoyer et même l'appeler master.

«Ce... Enfin... Pas la peine de m'appeler master.» bredouilla-t-il.

Mais ces paroles demeurèrent inaudibles pour Abbie. Le jeune homme ne savait que penser. Il avait toujours détesté être appelé directeur. Il détestait également qu'on l'appelle master. Mais cela réveillait à chaque fois quelque chose en lui, quelque chose de plus sombre. Comme une autre personnalité. Un côté de lui qui se moquerait de son statut, de l'éthique, de tout. Un jeune qui ne penserait qu'à faire la fête en charmante compagnie. Un master.

Il ne répondit pas, tiraillé entre cette envie grandissante de la suivre et l'appel du travail. Elle lui faisait les yeux doux, et bien mieux que cette pile de paperasse. Résultat des courses, Ace choisit Abbie plutôt que le travail. Il aurait bien le temps de travailler demain, après tout. Mais alors qu'il avait pris sa décision, l'idol semblait hésiter. Plantée devant la porte, elle se retourna vers lui. Qu'avait-elle ? Avant même qu'il ait pu le lui demander, elle se rapprocha de lui et posa sa jolie tête blonde contre son torse. Paralysie, quand tu nous tiens.

«Ça fait un petit moment que je n'ai pas chanté. Donc désolée si ce n'est pas à la hauteur de tes espérances, master.»

Sa voix était si mignonne qu'il crut en mourir sur place. Néanmoins, il craignait qu'elle ne se mette à pleurer d'un coup. C'était étrange, il n'avait jamais compris les femmes. L'instant d'après, elle s'était décollée de lui, avait de nouveau agrippé sa main, son beau sourire plaqué sur les lèvres. Elle se retourna rapidement vers la porte et ouvrit cette dernière, incitant Ace à la suivre. Celui-ci avait à présent une étrange expression : une sorte d'air confiant, qui semblait signifier «Tu n'as pas à t'inquiéter». Un petit temps de retard pour le jeune homme, et Abbie n'avait donc pas pu profiter de cette étrange mais adorable mimique.

La main inerte du directeur s'anima. Elle sembla prendre le dessus sur celle de la blondinette, serrant plus fort qu'elle, tout en prenant soin de ne pas la broyer évidemment. Et la porte se referma derrière eux dans un cliquetis bizarre.

[Suite au karaoke]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Terminé] Exaspération du soir, bonsoir. [PV Abbie]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Terminé] Exaspération du soir, bonsoir. [PV Abbie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Otaku Mansion ::  :: Le bâtiment administratif :: Le bureau du directeur-